Patrick Valéry (AS Monaco, SC Bastia), Interview : « Durant ma carrière, j’ai tout donné avec mes moyens »

 

Patrick Valéry, ancien joueur professionnel de l’AS Monaco et du SC Bastia, devenu entraîneur et actuellement directeur Technique de PSG Académie en Egypte, nous raconte sa carrière et son coup de cœur pour la Corse. Interview.

 

Résultat de recherche d'images pour "Patrick Valéry"

 

Qui es-tu Patrick Valéry ? 

Patrick Valéry, ancien footballeur professionnel, né le 03 juillet 1969 dans le Var, marié et papa de deux garçons, Thibault et Sacha.

Raconte-nous ta jeunesse footballistique à Brignoles (Var) ?

J’ai commencé à jouer au football à 6 ans à Brignoles. J’y ai fait toutes mes classes jusqu’à 15 ans  C’est mon seul club avant de rejoindre le centre de formation de AS Monaco.

Puis tu rejoins le centre de formation de l’AS Monaco. Raconte-nous la vie dans un centre ?

L’année de mon arrivée, on habitait « chez des habitants », on était livré à nous-mêmes, on mangeait au resto… Le dimanche, le resto était fermé alors c’est nous qui préparions le repas ! On rigolait bien ensemble.
On avait un super directeur du centre avec Monsieur Pierre Tournier. Il était dur mais droit et il m’a beaucoup apporté. C’est peut-être grâce à lui que j’ai pu réaliser ce parcours. Ensuite, on a intégré le nouveau stade où le centre avait comme intendant monsieur Ricbon. Lui, il nous surveillait jour et nuit mais il était sympa.

En 1987, tu intègres l’équipe pro. Quelles sont tes émotions lors de ces premiers pas dans le grand monde ?

En 1987, Arsène Wenger arrive et me prend pour partir en stage d’avant-saison. Moi, le petit de Brignoles, seulement depuis deux ans au centre de formation, je me retrouve avec les pros ! Comme tout joueur, il faut une partie de chance. Pour mon premier match, j’étais remplaçant contre le grand OM de Jean-Pierre Papin.

242 matchs de Ligue 1 avec l’ASM. Tu es donc un joueur important de l’histoire de ce club ?

Pour moi le grand jour fut un match de Cannes où Patrick Battiston avait un zona et ne pouvait pas jouer. J’ai donc joué ce match comme titulaire à la place de ce grand jour. Je ne vous dis pas la pression que j’ai eu de remplacer un tel joueur ! Mon envol est parti de là.
Je ne sais pas si je suis un joueur important de l’histoire de l’AS Monaco mais j’ai tout donné avec mes moyens pour honorer ce maillot.

Pourquoi l’aventure se termine en 1995 ?

L’aventure se termine mal avec Jean Tigana donc j’ai préféré m’arrêter là.

Toulouse puis Bastia (une première fois) où tu réalises une belle saison. C’était comment cette saison en Corse ? 

Ma saison à Bastia a été fantastique autant sur le plan humain que footballistique. Un vrai plaisir !

Tu choisis quand même de partir en Angleterre, aux Blackburn Rovers (Premier League). Quelles étaient tes envies et ambitions là-bas ?

J’avais toujours rêvé de jouer en Angleterre. Alors quand j’ai eu cette opportunité, j’ai décidé de partir pour ce championnat. A cette époque c’était plus rare et difficile de traverser la Manche, je ne pouvais pas refuser cette opportunité.

Bastia, la France, la Ligue 1, le Sud de la France, qu’est-ce qui t’a fait revenir au pays ?

Malgré le fait d’avoir encore deux ans de contrat, j’ai décidé de revenir en Corse. Pourquoi ? Pour l’ambiance, pour la vie, pour les supporters…  Ici, j’ai rencontré des personnes qui sont devenus des amis. C’est pour cela et pour la vie de tous les jours que j’y suis encore aujourd’hui.

Tu finiras ta carrière en Grèce au FC Aris. Peu banal comme destination ?

C’est Christophe Galthier alors entraîneur adjoint de Richard Tardy qui m’appelle pour les rejoindre en Grèce. C’est pour cela que je finis ma carrière dans ce pays et ce nouveau championnat.

As-tu des regrets sur ta carrière ?

Des regrets non, je ne vis pas de regrets. J’ai eu la carrière que je voulais avoir même si tu te dis toujours que tu aurais pu faire ceci ou cela mais c’est du passé, je suis donc satisfait de ma carrière.

Puis tu bascules « dans le monde obscur » de l’entraîneur. Un choix ou une opportunité ?

Une opportunité. Mes enfants jouaient au S.C. Bastia, il manquait un éducateur pour les jeunes alors on m’a demandé si je voulais les encadrer. Ensuite, je me suis pris au jeu et j’ai passé mes diplômes pour continuer dans cette voie.

Entraîneur des jeunes (Bastia, Calvi), entraîneur adjoint à Amiens, entraîneur principal au FC Champagnole (DH Franche-Comté) et au FC Bastia Borgo. Tu as pris le temps de bien faire les choses ?

J’ai aussi travaillé au Centre du S.C. Bastia. Et oui, j’ai choisi de bien faire les choses en prenant mon temps afin de bien faire les choses. Cela se passe bien pour le moment.

Que fais-tu maintenant ?

Je suis directeur technique de PSG Académie en Égypte depuis le 1 septembre 2018.

Raconte-nous le rôle de Directeur Technique ?

J’ai un rôle de centralisation. J’organise les entraînements pour différents coachs et pour différentes catégories d’âge. Je prends mon pied tous les jours dans ce métier !

Rêves-tu encore d’avoir ta chance en Ligue 1 ?

Je ne rêve pas spécialement de Ligue 1. Le temps fera son chemin !

Suis-tu le foot féminin ? Cela t’intéresserait d’entraîner un club féminin ?

Je suis le foot féminin et j’ai appris à aimer regarder les matchs féminins. Après, entraîner pourquoi pas mais il faut déjà avoir des propositions.

Quels grands entraîneurs t’inspirent dans ta carrière de coach ?

Les entraîneurs qui se battent toutes les semaines pour sauver leur club de la descente avec peu de moyens !

Didier Deschamps, tu en penses quoi ?

Didier Deschamps, il était déjà comme cela à 15 ans. J’ai eu la chance de jouer avec lui en équipe de France jusqu’en Espoir et c’était déjà un leader.

Que penses-tu de la Ligue 1 d’aujourd’hui ?

Elle est plus spectaculaire qu’il y a quelques années mais le PSG la survole.

Quel est ton plus grand souvenir de foot ?

Sur le terrain, la finale de la Coupe Europe des vainqueurs de Coupe le 06 Mai 1992 avec Monaco (perdue face au Werder Brême 0-2). En dehors du terrain, je dirais ma première année à Bastia. Humainement, ce fut fabuleux !

 

 

 

Pour définitivement bien te connaitre, « l’interview en un mot » : Image associée

Ton sportif : Raphael Nadal      
Ton film culte : Les 7 Mercenaires
Ta chanteuse : Adèle
Ton chanteur : Les Chansons Corse
Ton appli mobile : Candy Crush
Ta série TV : Viking
Ton acteur(rice) : Al Pacino
Ton plat : Polenta
Ton animal : Le chien
Ton look de tous les jours : Cool !
Ton style vestimentaire pour les sorties : Cool et classe !!
Ta couleur fétiche : Bleu
Foot manager ou FIFA : Foot Manager

 

 

 

 

 

 

Une réponse

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *