L’Olympique Lyonnais Féminine est l’égal du Real Madrid Masculin !

Afficher l’image source

L’Olympique Lyonnais est le meilleur club européen de foot féminin depuis des années et cela se sait aux quatre coins du monde sur la planète Football.
Vainqueur des Allemandes de Wolfsbourg lors de la finale de la Ligue des Champions Féminine 2020 (3-1), l’OL s’est adjugé une septième Ligue des champions et surtout une cinquième consécutive. Un véritable exploit en Football, seul le Real Madrid masculin avait réussi cette performance entre 1956 et 1960, amené par le célèbre Alfredo Di Stefano.Pour arriver à ce niveau de performance dans la durée, il ne faut pas se contenter du hasard ou même de “coups” lors des recrutements. L’OL a depuis des années construit cette performance. La section féminine de l’OL a été créée en 2004 mais en s’appuyant sur la structure existante du FC Lyon, créé en 1970 et quatre fois Champion de France (1993, 1995, 1995, 1998). Sous l’impulsion du Président Aulas et de plusieurs personnes en interne, le foot féminin devient une vraie priorité à l’Olympique Lyonnais. Ainsi, au fil des années le club structure et investit dans sa structure féminine et depuis 2007, les “Fenottes” règnent sans partage sur le football féminin Français avec 14 titres de champion de France consécutifs !

Les années passent, les joueuses et entraîneurs aussi mais le collectif et les titres restent. Là, encore, rien n’est dû au hasard. L’OL s’appuie depuis des années sur la même stratégie, sur la même logique économique et sportive et sur les même bases.

Toujours s’appuyer sur une base à trois axes !
Des joueuses Françaises expérimentés et compétitives comme actuellement, Wendie Renard (plus de 350 matchs à l’OL), Amandine Henry, Sarah Bouhaddi, Eugénie Le Sommer (plus de 260 buts avec l’OL).
Des joueuses étrangères à leur meilleur niveau ou avec un potentiel de grande championne comme la Ballon d’Or Ada Hegerberg (Norvège), Dzsenifer Marozsan (Allemagne), Lucy Bronze (Angleterre), Saki Kumagai (Japon).
Sans oublier les jeunes joueuses de la formation ou qui arrivent de clubs français en étant des espoirs comme Griedge Mbock, Amel Majri, Selma Bacha, Sakina Karchaoui, Delphine Cascarino, Melvine Malard…

Ainsi, la continuité se fait naturellement et le niveau de performance reste au sommet.

Les anciennes joueuses, Camille Abily, Sonia Bompastor, Louisa Necib, Lotta Schelin, Sandrine Brétigny, Laura Georges, Sabrina Viguier, Elodie Thomis, Corine Petit, pour ne citer qu’elles (mais sans oublier les autres), peuvent être fières du travail accompli par le passé permettant cette continuité.

L’OL Féminin possède un effectif de Galactiques qui est envié sur toute la planète football… n’en déplaise à certains de ces messieurs !

XXX

XXX

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *