Les (nouveaux) Favoris de la Coupe du Monde 2018

Comme avant chaque grande compétition, les pronostiques vont bons trains afin d’imaginer quel sera le vainqueur de la compétition ou même les favoris que l’on pourrait retrouver dans le dernier carré final. Nous avons donc choisi d’attendre le début de la compétition pour ressortir les « nouveaux » favoris de cette coupe du Monde 2018 en Russie.

 

Image associée

 

Brésil, l’ultra-favori d’avant compétition

Comme avant chaque Coupe du Monde, le Brésil fait partie des favoris. Cette année ne déroge pas à cette règle malgré le traumatisme de la dernière Coupe du Monde. Le cauchemar qui a hanté tous les Brésiliens un soir d’été 2014, lors de la demi-finale face à l’Allemagne (1-7) de « leur » Coupe du Monde n’est pas encore totalement évacuée. La Seleçao se reconstruit doucement sous l’impulsion de Tite, sélectionneur rigoureux du quintuple champion du monde. Sur le terrain, Neymar, s’il est bien remis de sa longue blessure devra enfin devenir le leader de cette équipe accompagné par ses copains offensifs que sont Coutinho, Gabriel Jesus, Roberto Firmino ou encore Willian). Un Brésil avec plus humilité, de discipline et moins de folie mais qui possède encore certaines fragilités, surtout défensivement. Invaincue depuis 19 matches, la Seleçao devra faire avec une statistique très défavorable où aucune équipe non-européenne n’a plus gagné la Coupe du Monde en Europe depuis le Brésil en Suède en 1958.

Espagne, une nouvelle génération pour un même collectif

L’Espagne a aussi vécu un Mondial 2014 catastrophique. Éliminée dès le premier tour, la Roja a depuis compris qu’il était temps de changer de génération. Une nouvelle génération est arrivée et a poussé les vedettes vieillissantes vers le banc. Emmenée dorénavant par les Isco, Asencio, Alcantara et consort, la Roja est redevenu séduisante dans le jeu. L’Espagne semble être de retour malgré un avant-Mondial Russe particulier avec le limogeage de son sélectionneur Julen Lopetegui quelques jours avant le début de la compétition. Fernando Hierro, ancienne star de la sélection, sera donc chargé de ramener une deuxième Coupe du Monde en Espagne. Après des éliminatoires bien maîtrisés (1 match nul et 9 victoires en 10 matchs). Ils ont surtout retrouvé leur jeu collectif rapide et technique.

Angleterre, l’éternel attente

Les Anglais n’ont pas trop souffert lors de la phase qualificative. Les Three Lions ont un effectif très rajeuni avec des joueurs comme Harry Kane, Dele Alli, Raheem Sterling, Jesse Lingard, Marcus Rashford auquel il faut rajouter un jeune coach, Gareth Southgate. Les Anglais montent en puissent mais jusqu’où sont-ils capables d’aller ? Avec 8 victoires et 2 matchs nuls lors des phases éliminatoires, l’Angleterre fait donc figure d’outsider pour ne pas dire favori de cette Coupe du Monde en Russie. Un objectif modeste d’un quart de finale ne devrait pas trop mettre la pression à cette jeune et talentueuse génération.

France, Un talent fou mais une fragilité persistante

Quel talent ! Rarement une équipe de France n’a eu autant de joueurs jeunes et talentueux en même temps. Sans doute le groupe, le plus fort footballistique de ce Mondial. Mais la jeunesse et le talent n’empêchent pas la fragilité et inconstante. Avec un sélectionneur, Didier Deschamps, peu fantaisiste et prônant l’organisation et la rigueur, les Bleus prennent trop de buts et surtout ne convertissent pas assez leurs occasions. Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé pour ne citer qu’eux sont capables d’accélération ou de coups de génie. Mais les Bleus manquent d’efficacité ! Arriverons-t-ils à gommer leurs défauts pour revenir au sommet ? Pas sûr.

Allemagne, la malédiction du champion

La Mannschaft n’est plus tout à fait la même que lors de son titre au Brésil. Pourtant, les hommes de Joachim Löw se sont baladés lors des phases éliminatoires avec 10 victoires en 10 matchs et 43 buts marqués, pour seulement 4 encaissés. Malgré cela, les Allemands semblent moins sereins. Et quand on connait la statistique concernant les champions du Monde en titre, où lors des quatre dernières coupes du Monde, trois fois le champion en titre a été éliminé dès le premier tour (France en 2002, Italie en 2010, Espagne en 2014). Pas surprenant donc de voir l’Allemagne éliminée au premier tour !

Argentine, la Messi dépendance

L’Albiceleste n’a déjà pas faillit être présente à cette Coupe du Monde. Qualifiés in extremis à la suite d’une phase éliminatoire catastrophique, les joueurs de Jorge Sampaoli comptent beaucoup sur Lionel Messi pour au moins rééditer la performance de la dernière édition 2014 (Finaliste). Mais cette Argentine semble tout de même moins talentueuse et la « Messi dépendance » actuelle ne pourra sans doute pas suffire pour aller au bout de ce Mondial. Les Argentins vont devoir être à leur meilleur niveau s’ils veulent remporter un trophée qu’ils n’ont plus soulevé depuis 1986. Une déconvenue précoce n’est pas à exclure.

Portugal, Cristiano Ronaldo la conquête du monde

Le Portugal, Champion d’Europe en titre aura certainement du mal à réitérer son exploit dans cette Coupe du Monde 2018. Après un Euro 2016 surprise mais efficace, les Portugais n’ont pas beaucoup changé. Après un début de saison difficile avec le Real Madrid, Cristiano Ronaldo est de retour à son meilleur niveau pour ce qui sera sans doute sa dernière coupe du Monde. Comme Messi avec l’Argentine, CR7 parviendra-t-il à gravir les sommets avec une équipe Portugaises moins performante qu’il y a deux ? Peu de chance. Mais comme on disait la même chose lors de l’Euro 2016, alors l’espoir est permis.

Belgique, c’est maintenant ou jamais

Cela fait plusieurs compétitions que les Diables Rouges font partie des favoris (Coupe du Monde 2014 et l’Euro 2016). Pourtant, la Belgique fut décevante lors de chacune d’elles. C’est donc la dernière chance pour la séduisante génération amenée par Hazard, De Bryune, Lukaku ou Mertens. Dans une Coupe du Monde 2018 incertaine, sans grands favoris qui se détachent, les Belges qui semblent avoir mûri et avoir trouvé plus de constance, on vraiment l’occasion d’inscrire enfin leur nom au palmarès d’une Coupe du Monde.

Croatie, plus qu’un outsider

En France, depuis le Mondial 98, tout le monde se souvient de la Croatie, difficilement battue par les Bleus en demi-finale du Mondial en France. Pourtant, depuis sa demi-finale en 1998, l’équipe au damier n’a plus passé le premier tour d’une coupe du Monde. Issue de l’Ex-Yougoslavie, la Croatie a toujours possédé de beaux joueurs de football sans pour autant parvenir à confirmer dans les grands compétitions Internationales. En Russie, les Croates veulent enfin figurer parmi les grands ! Amené par Luka Modric, régulateur du jeu du Real Madrid, les Croates peuvent également s’appuyer sur Ivan Rakitic, Anton Rebic, Ivan Perisic ,Mario Mandzukic. De nombreux talents offensifs. Le sélectionneur Zlatko Dalic, arrivé seulement en 2017, semble avoir pris la mesure de son effectif pour en tirer le meilleur. Un retour en demi-finale, 20 ans après, n’est donc pas à exclure.

 

Cette Coupe du Monde sera peut-être celle d’un nouveau pays ou d’un pays n’ayant pas encore plusieurs étoiles sur son maillot. Seul le Brésil, peut continuer sa marche en avant et décrocher une 6ème Coupe du Monde. Réponse le 15 Juillet !

 

Sud Ouest

 

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *